BPCO : Qu'est-ce que c'est ?

BPCO : Qu'est-ce que c'est ?
La BPCO est la 5ème cause de handicap et la 3ème cause de mortalité dans le monde. En France, elle touche près de 2 millions de patients et provoque 17 000 décès par an. Le tabac est la cause principale dans 80 % des cas.
QU’EST-CE QUE LA BPCO ?
La BPCO (Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive) est une maladie respiratoire chronique qui touche les poumons et les voies aériennes (les bronches) caractérisée par une obstruction progressive de ces dernières.
 
QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?
- Un essoufflement (dyspnée), une difficulté à respirer
- Une toux quotidienne ou presque
- Des expectorations (crachats)
- Des bronchites à répétition ou « traînantes»
 
QUELLES SONT LES CAUSES ?
Les fumeurs ou ex-fumeurs sont les plus vulnérables, principalement à partir de 40 ans. Cependant plusieurs autres facteurs ont été mis en évidence :
- Le tabagisme passif
- La consommation de cannabis
- L’exposition professionnelle à des toxiques inhalés (poussières, vapeurs, gaz…)
- La pollution atmosphérique
- Les infections virales respiratoires survenues pendant l’enfance.

COMMENT LA DIAGNOSTIQUER ?
La spirométrie est la méthode la plus fiable pour détecter la maladie. Il s’agit d’un test du souffle effectué grâce à un appareil (le spiromètre) qui mesure en combien de temps l’air est expiré des poumons.
 
QUELS SONT LES TRAITEMENTS ?
La BPCO ne peut être guérie, mais sa prise en charge ralentit son évolution et peut même inverser certains symptômes.
Cette prise en charge inclut :
- l’arrêt du tabac
- des médicaments
- une réhabilitation respiratoire
- de l’exercice physique
Après un diagnostic de BPCO, la première mesure consiste à arrêter de fumer et/ou à interrompre l’exposition aux substances favorisant la maladie.
 
LES BONS GESTES À ADOPTER
Évitez les zones enfumées et polluées : consultez les bulletins de qualités de l’air et, les jours où celui-ci est pollué, faites moins d’effort. Si vous faites de la course à pied, courez le matin tôt et évitez la proximité des grands axes.
Augmentez vos capacités respiratoires : apprenez à respirer par l’abdomen.
Couché, placez vos mains de chaque côté du nombril, relaxez vos muscles abdominaux puis inspirez profondément par le nez en gonflant le ventre. Vous devez sentir vos mains monter. Expirez par la bouche en maintenant les lèvres presque fermées.
Soufflez des bougies : imaginez-vous devant une bougie allumée. Inspirez profondément, fermez presque complètement vos lèvres et entraînez-vous à expirer autant d’air que possible.
Faites de l’exercice : l’activité physique ne soigne pas les causes de la maladie mais elle améliore l’endurance et permet donc d’être plus actif en se sentant moins fatigué. Faites de la marche tous les jours à votre rythme.
Habillez-vous confortablement : évitez les ceintures qui compriment le ventre et les vêtements trop serrés qui empêchent de respirer profondément.
Surveillez la météo : un air trop chaud ou trop froid renforce la difficulté à respirer. Si vous le pouvez, restez au frais par temps chaud ou sortez dans des lieux climatisés. Lorsqu’il fait froid, demeurez à l’intérieur. Si vous devez sortir, enveloppez votre nez et votre bouche avec une écharpe pour réchauffer l’air que vous respirez.
Si vous êtes fumeur : n’hésitez pas à venir nous rencontrer pour parler de votre addiction et tenter de mettre en place un sevrage. Nos conseils personnalisés permettent d’adapter progressivement le sevrage, avec un impact psychologique réel. Seuls les substituts nicotiniques peuvent faire l’objet d’un remboursement par l’intermédiaire d’une prescription de votre médecin traitant.
 
Demandez conseil à votre pharmacien.

Sources : Expressions Pharma, amelie.fr, INSERM, FFP, HAS, Ministère des Solidarités et de la Santé